Grandeur de l'ombre, misères de la lumière..

Publié le par François Kuss

Compte tenu de mon travail, j'ai tendance à me qualifier comme étant un homme de l'ombre. Il est bien connu que tout bonne communication est avant tout une communication qui ne se voit pas !

 

Compte tenu de ma passion pour l'écriture et l'histoire et le fait d'accoucher d'un second roman dont il convient évidemment de faire la promotion ; ce que j'appelle "l'écriture médiatique" me voilà désormais passant de l'ombre à la lumière de temps en temps.

 

Ainsi hier matin, invité du Club de la Presse de Clermont-Ferrand, j'ai répondu à de nombreuses questions sur Echec au Roy. Je me suis prêté au jeu de la pose et du sourire obligé, de l'explication, de la pédagogie, de la clarté surtout..

 

Et si le résultat du jour dans le quotidien régional est satisfaisant (voir article ci-dessous), je dois dire que désormais lorsqu'exerçant ma mission de "communicant" prodigant des conseils à un élu qui préparera une interview, qu'il s'agisse d'une radio, d'un TV ou d'un média écrit ou digital ; je serai plus indulgent dans mon for intérieur sur les jugements qu'il est simple de prononcer lorsque l'on s'abrite derrière la grandeur de l'ombre et que l'on est peu exposé aux misères de la lumière !

 

Avis aux "médias-trainers" en herbe, briller une fois ne suffit pas, l'éclat n'est rien sans la durée !  

 

article-montagne-3-mai.jpg

Commenter cet article