La cause des livres, dernière perle de Mona Ozouf

Publié le par François Kuss

Une fois n'est pas coutume, plutôt qu'un long monologue avec moi-même, je préfère utiliser ce blog pour avancer l'éloge d'une grande dame, historienne de la Révolution, philosophe de l'universel et du particulier, dont le dernier livre est un émerveillement.

 

Mona Ozouf, avec "La Cause des livres", fait jaillir de sa plume Hugo, Voltaire, Jaurès, Tocqueville, Lamartine, Balzac, Mme de Staël, Benjamin Constant et tant d'autres que chacun de ses textes se dévore les uns après les autres avec une faim jamais rassasiée.

 

On ressort de cette recollation d'articles écrits sur ces auteurs depuis les années 70 pour le Nouvel Observateur et jusqu'à une époque récente avec une soif de littérature folle, une envie de lire infinie tant son style clair nous fait découvrir et redécouvrir nombres d'auteurs, classiques ou modernes, qu'il est de bon ton de connaître sans forcément les avoir lu. 

 

Au delà, ce désir d'embrasser la "cause des livres" affleure aussi celui de reprendre le stylo et de noircir des feuilles.. Cela ne m'étais plus arrivé depuis longtemps et sans doute je demeurais bloqué en celà par la sortie imminente de mon second roman, "Echec au Roy", qui est prévu pour le mois prochain.

 

Merci chère Mona Ozouf de ce renouveau d'inspiration. De cette triangulation du désir en quelque sorte.. Désormais un troisième opus d'un saga qui me paraissait impensable il y a quelques années est lancé, et j'espère pouvoir continuer, au travers des aventures de Pierre Castilhon, flic de la Révolution Française, comme le disait si joliment Victor Hugo " à peindre des choses vraies par des personnages d'invention".   

Commenter cet article