"Politiques, pourquoi la com les tue" de Bastien Millot

Publié le par François Kuss

Une fois n'est pas coutume, ce n'est ni d'un livre d'histoire ni des miens dont je parlerai dans cet article, mais d'un petit opus assez intéressant qui se lit trés vite et agit comme un rafraichissement dans l'air du temps de la communication politique.

 

Si je ne partage pas le combat politique de Bastien Millot, ancien directeur de cabinet de JF Copé ; je dois avouer qu'à tout le moins son analyse des dangers de l'hypercommunication est non seulement convaincante mais salutaire.

 

Avec un verbe clair, agrémenté d'une mise en perspective historique récente ou plus ancienne, son livre a l'originalité d'être construit autour des 7 pêchés capitaux : colère, luxure, avarice, envie, orgueil, oisiveté, gourmandise.. Chacun étant illustré d'anti-exemples de communication. Bref, un vrai petit guide de pièges à éviter ;-)

 

De l'idée phare de François Mitterrand qui affirmait "mépriser l'évènement" et "cultiver l'indifférence" pour éviter de sur-réagir ; du maître mot de Sénèque, indiquant "que c'est n'être nulle part que d'être partout" ; en passant par l'analyse terriblement lucide de Paul Valéry qui éclaire le dilemne de tout communicant " ce qui est simple est faux, ce qui est compliqué est inutilisable" ;  le livre distille une voie étroite mais efficace qui pourrait redonner ses lettres de noblesse à l'action publique si elle évitait l'hypercommunication au profit d'une plus grande modestie et d'une sobriété plus affirmée.

 

Est-ce parce que Bastien Millot conseilla celui qui se proclame déjà candidat en 2017 et qui marche dans les traces, "vicieuses" (au sens des 7 pêchés capitaux) de l'actuel président, adepte de l'hypercommunication au détriment de l'hyperaction.. que l'éloge de la rareté en devient plus prononcée ? Peut-être.

 

En tout cas l'autocritique d'un homme du sérail sur les méfaits du coup de com et du tourbillon médiatique a au moins ceci d'intéressant qu'elle contribue à renforcer le camp de ceux qui oeuvrent à enrayer la mécanique déréglée du toujours plus d'annonces, toujours plus vite, avec toujours moins de sens.

 

La démocratie mérite mieux que l'emballement. Sobriété et analyse pour éclairer le complexe, faire oeuvre de pédagogie plutôt que de démagogie, bref dire le monde tel qu'il est pour mieux le transformer ; la voie intelligente pour gagner des voix est certes plus périlleuse, mais ô combien plus glorieuse !  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article