Senatus PopulusQue Francorum..

Publié le par François Kuss

SPQR..

 

Que ce soit les historiens en herbe, ou tout bonnement les fans d'Astérix ou de peplum, qui n'a vu sur les boucliers des soldats romains ces 4 lettres en se demandant, avant que le latin ne délivre son mystère, à quoi elles correspondaient ?

 

Senatus PopulusQue Romanum.. Le Sénat et le Peuple Romain. En gros la devise de Rome mais aussi la signification des véritables détenteurs de la souveraineté sous la République antique.

 

Mon lecteur me permettra, au lendemain d'une victoire des forces de progrès dans la plus ancienne et la plus conservatrice de nos institutions, le néologisme qui revêt tout un symbole.

 

Paradoxalement, la révolution citoyenne qui semble remettre notre pays sur le chemin du renouveau commence au Sénat. Alors que jadis encore, fidèle aux préceptes de Guizot, sa représentation pouvait se targuer d'incarner le concept de "Tout pour le peuple, rien par lui" ; aujourd'hui le peuple français a repris ses droits. Malgré un mode de scrutin qui demeure élitiste et infidèle au pays réel. 

 

En prenant les clés de la Haute Assemblée, la gauche devra les rendre au bas peuple. Certes l'Assemblée Nationale aura toujours le dernier mot et il reste peu d'actions d'éclat à mener avant que l'éclipse présidentielle ne vienne recouvrir de son manteau l'astre parlementaire. Mais parce qu'il est inédit dans l'histoire de la droite de cohabiter avec un Sénat de gauche alors que tous les gouvernements de gauche ont du, eux, subir les foudres de ce refuge conservateur et ainsi timorer leurs projets ; parce que le pays réel ne puit plus supporter la politique du pays légal incarné par le Président de la République, il est temps de stopper tout ce que nous pourrons pour répondre à cette aspiration de changement qui vient du coeur du pays.

 

"Entravez un fleuve, vous avez une inondation.. barrez l'avenir, vous avez une révolution" disait Victor Hugo. Hier une digue a cédé, faisons en sorte que rien ne puisse venir la colmater !

   

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article